logo Centre Technique du Bâtiment

Expertises - Litiges - Médiations

Foire aux questions

Comment arrivent les champignons ?

Ils arrivent dans toutes les maisons avec le vent, comme le pollen, la pollution sous forme de petites « graines » dénommées spores.
Toutes les maisons ont donc des spores de champignons.
Si ils arrivent dans un environnement favorable, ces petites graines vont pousser, sinon elles vont rester inactives.

Si ils se développent, que faut-il faire ?
La première des choses est de définir pourquoi elles ont pu se développer, et il faut donc s’occuper du substrat, ses facteurs de développements.

Si on se contente de traiter, chimiquement ou à la chaleur, le champignon va mourrir, mais comme on n’a pas traité les éléments qui permettent aux spores de se développer, les autres spores, finiront tôt ou tard par pousser à leur tour.

Chimique ou naturel ?

En France, nous sommes les seuls à continuer au chimique.
Cela ne dérange personne de tout casser à tord et à travers, faire de la maison un gruyère, remplir de produits chimiques à réactions atomiques et demander aux occupants de ne pas revenir pendant 3 semaines à cause des risques de cancers.
On sait que ces produits seront encore inhalés pendant au moins 5 ans par l’occupant et il suffit de lire les témoignages sur les forums pour constater des maux de têtes, fatigues chroniques, problèmes de thyroïde et perte de cheveux.
Les applicateurs ne sont pas des experts en pathologies et ne déterminent pas les facteurs de développements, c’est d’ailleurs indiqués dans leurs conditions générales de vente, qui laissent les origines des pousses à la charge des propriétaires.

Les traitements naturels sont à base de sels spécifiques, et infrarouges, avec contrôles à l’imagerie thermique. Ils ne représentent aucun danger pour l’homme, s’appliquent sans aucune protection. Ils ne sont utilisés qu’après une étude technique complète du bâtiment et une fois que toutes les causes ont été reprises et seulement si l’infestation est sévère.

Vos mauvaises herbes ne repoussent-elles pas tôt ou tard dans votre gazon ?
Voulez-vous traiter la totalité des murs, sur toute la maison pour être tranquille ?

Que faut-il faire ?
1/ Laisser le champignon en place qui servira de témoin de l’efficacité des opérations.
Si le champignon adulte meurt (en quelques jours), cela veut dire que les spores autour ne pousseront plus.
2/ Faire toutes les modifications nécessaires pour supprimer les facteurs de développements suite à une étude technique spécifique.
3/ Attendre que le champignon meurt naturellement (en quelques jours), et le retirer.

Lire la suite…

Nous expertisons sur toute la France et l’Europe.
C’est ainsi que nous avons expertisé des mérules en Normandie, Bretagne, Alsace, Pyrénées Orientales..
Nous allons régulièrement dans les Alpes Maritimes.
Il va de soit que le dossier doit être en rapport avec la distance.

Les prix approximatifs, comprenant tous les frais, selon les régions :

Normandie       : 3 000,00 € TTC
Alsace                : 3 000,00 € TTC
Bretagne           : 3 500,00 € TTC
Ile de France.  : 2 500,00 € TTC

N.B : les villes à proximité d’aéroports (Nice, Toulouse, Marseille) ont des forfaits de l’ordre de 3 000,00 € TTC. Les villes à proximité de gare TGV idem.

ATTENTION :

Une mérule, que ce soit un Serpula Lacrymans ou un cogniofore (les plus répandus), reste avant tout un organisme vivant qui a besoin de certains facteurs de développement.
Si on les détermine précisément, et si on lui supprime, le champignon va mourrir de lui même, sans traitement !!.
Si le support n’est attaqué qu’en épiderme, il n’est pas nécessaire de le remplacer !!.
Tout comme si vous laissez votre plante sans lui donner de l’eau, elle va mourrir.

Bien sûr, un process est à respecter.

Mais il faut arrêter de déconstruire une maison complète sous prétexte qu’il y a un champignon.
Pleins de maisons en ont, mais ils sont morts tout seuls parce que l’on a remplacé le chêneau, ou qu’il a fait trop chaud sous les tuiles. Lorsqu’on le découvre en faisant une rénovation, cela fait parfois plusieurs années qu’il est desséché.

Lire la suite…